Economie-emploi, Vivre ensemble

Chateauneuf : Starteo, première "télépépinière" du département

Starteo qui sera inauguré lundi 20 septembre à Chateauneuf, lance un nouveau concept. A la fois pépinière d'entreprise et centre de télétravail, cette "télépépinière" de la CASA, comme cela se fait aux Etats-Unis, cherche à développer le télétravail en offrant aux portes de Sophia Antipolis un centre de regroupement des télétravailleurs du moyen pays.

Avec Starteo, à la fois pépinière d'entreprises et centre de télétravail, c'est un équipement unique dans le département qui sera inauguré lundi 20 septembre, à 14 heures 30, à Pré-du- Lac, sur la commune de Châteauneuf, en présence de Francis Lamy, préfet des Alpes-Maritimes, Jean Leonetti, président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis. Ouverte en mars dernier, la première "télépépinière" du département des Alpes-Maritimes est installée dans un bâtiment flambant neuf. Elle est destinée à accueillir non seulement de jeunes chefs d’entreprises, mais également des salariés adeptes du travail à distance, les "télétravailleurs". Starteo propose ainsi 15 bureaux de tailles différenciées, de 9 à 30 m2, équipés de 1 à 4 postes de travail, pouvant héberger un total de 34 personnes. Les occupants auront, en outre, à leur disposition deux salles de réunion, un espace "services" avec photocopieuse et fax notamment, ainsi qu’une aire de détente.

Eviter le sentiment d'isolement pour les télétravailleurs

Voilà des années que Chateauneuf cherchait à ouvrir un centre de télétravail. Starteo va plus loin. L'idée c'est de d'ouvrir un pôle d'activité dans le moyen-pays qui réponde à deux préoccupations. La première, accueillir de jeunes entrepreneurs qui puissent bénéficier d’un loyer aidé et d’un accompagnement dans le lancement de leurs projets. De l’autre, c'est de permettre à des salariés vivant dans le moyen-pays et aux portes de Sophia Antipolis, de profiter des avantages du travail à distance sans avoir le sentiment, frustrant, d’être isolé à domicile, coupé du monde de l’entreprise avec son lot de confrontations enrichissantes et de convivialité. La collectivité a pu équilibrer financièrement cette double fonction, la "pépinière d’entreprises" permettant de lancer l’expérimentation de l’activité de télétravail.

A ce jour, 9 entreprises sont accueillies :

•  Absysseo : services de géolocalisation en milieu clos.

•  Eko Existen : conseils RH et psychologie d’entreprise

•  Natacha Laurent : architecte paysager

•   Nathalie Sherlock : formatrice informatique et logiciels de gestion SAP

•  AVF PSS : services de vidéosurveillance pour les TPE et PME

•   Audicom AEA : un cabinet d’expertise comptable

•   Sunos Solaire : une société spécialisée dans le photovoltaïque

•   JK System : société de services informatiques orientée Web et mobile

•   WinOutside : société de conseil en stratégie, développement commercial et commerce international

Un "pool" de services et d'informations pour les entrepreneurs du moyen-pays

Le coût total du projet s’élève à 2.300.000 euros, co-financé par la CASA, à hauteur de 1.644.000 euros, par le Conseil général des Alpes-Maritimes (591.000 euros) et le Conseil régional Provence- Alpes-Côte d’Azur (65 000 euros). La mise en synergie, dans un même espace, du télétravail, très en retard en France au regard des Etats-Unis et de l’Europe du Nord (2% contre 15%), et des entreprises locales en devenir est une première dans le département et en région PACA. Les avantages sont multiples et pour tous les partenaires.

Dans un deuxième temps Starteo, qui met d’ores et déjà en place un programme d’animations/formation pour ses occupants, est appelé à devenir, plus largement, un "pool" de services et d’informations pour les entrepreneurs du moyen- pays. Cette réalisation, d'autre part, compte bien ne pas rester isolée. Une étude de faisabilité est en cours pour identifier les sites stratégiques pouvant accueillir des "pépinières d’entreprises". L'objectif est de mettre en place un maillage cohérent du nord de la CASA afin de favoriser un développement économique local durable. Une mission qui serait menée avec la Maison de l’Emploi et la Plateforme France Initiative de la CASA.

Retour