Aménagement, Vivre ensemble

Le complexe aquatique ouvrira ses portes au printemps 2012

Plus qu'une simple piscine, c'est un espace dédié au bien-être, à la détente et à l'éducation sportive que la CASA réalise sur Valbonne, au cœur de la technopole de Sophia. Un chantier qui se révèle impressionnant par son ampleur, sa technicité, son intégration à l'environnement et son utilisation de l'énergie solaire.

C’est un espace dédié au bien-être, à la détente et à l’éducation sportive aussi – et non une simple piscine ! – qui sera inauguré au printemps 2012, au cœur de la technopole, sur la commune de Valbonne, conformément aux prévisions annoncées par la communauté d’agglomération de Sophia Antipolis (CASA), à l’initiative de ce nouvel équipement structurant communautaire.

Hier, le président de la CASA, Jean Leonetti, ministre chargé des Affaires Européennes, maire d’Antibes-Juan-les-Pins, Marc Daunis, sénateur, maire de Valbonne, et Eric Ciotti, député, président du conseil général des Alpes-Maritimes ont visité un chantier impressionnant à trois titres au moins : son ampleur (24 entreprises sont mobilisées) et sa technicité, son intégration à l’environnement, son fonctionnement assez peu « énergivore ».

Un complexe aquatique hors normes à tous les niveaux

Conçu sur les planches à dessin de BVL Architecture (A. Bouët, J.-P. Vidal et P. Laroude), le complexe aquatique se fond dans le paysage, une partie étant semi-enterrée pour respecter la déclivité du terrain. L’utilisation du bois, du verre, de l’acier et de la pierre, sans oublier les toitures largement végétalisées, contribuent au « camouflage » du bâtiment, positionné pour capter le maximum de lumière.

Dans cet ensemble, sont prévus un bassin sportif de 375 m2, un bassin de loisirs-détente de 250 m2, un bassin extérieur de 88 m2, une pataugeoire de 30 m2 et un toboggan de 32 mètres de long… Un club fitness aux activités multiples, une zone d’entretien (saunas, hammams, bains bouillonnants, espaces pour aqua-running et aqua-biking…) complètent les équipements intérieurs, alors qu’à l’extérieur ont été prévus des aires de beach-volley et un solarium. Une brasserie accueillera les utilisateurs du complexe.

Un tel ensemble a été évidemment pensé avec le souci de ne pas porter atteinte à l’environnement et de consommer le moins possible d’énergie.

L’eau des bassins par exemple sera filtrée au sable et les eaux de vidange seront traitées de façon à être ré-exploitées pour les arrosages extérieurs.

Mais c’est l’utilisation de l’énergie solaire qui est remarquable : 140 m2 de capteurs solaires thermiques assureront  65 % des besoins du complexe aquatique en eau chaude sanitaire ; 350 m2 de « moquette solaire » pourvoiront à 45 % des besoins en énergie pour le préchauffage des bassins de loisirs-détente ; enfin 300 m2 de capteurs solaires photovoltaïques intégrés à la couverture des bassins produiront de l’électricité revendue à EDF.

DES SOURCES DE FINANCEMENT MULTIPLES

La Communauté d’agglomération Sophia Antipolis participe à hauteur de 8 715 000 euros, la ville de Valbonne de 2 325 000 euros, le conseil régional PACA de 1 980 000 euros, de même que le conseil général des Alpes-Maritimes, l’Etat de 500 000 euros. Le coût global du complexe a été estimé à 15 500 000 euros HT.

UNE GESTION DELEGUEE

La gestion du complexe a été confiée à « Espace Récréa », représentée par François Mouilleron,  par le biais d’une délégation de service public (DSP) d’une durée de 6 ans. Cette société, installée dans le Calvados, s’est déjà vue confier dans les A.M. l’exploitation de Aqua-Vallée, à Isola. « Espace Récréa » espère, dès la première année, 200 000 entrées, grâce à une large gamme de tarifs adaptés et à des conventions spécifiques avec les écoles.

LES REACTIONS

Marc Daunis, sénateur, maire de Valbonne : « (…) Ce projet, au cœur de la technopole, n’est pas seulement un stade nautique, il concourt au bien-être de chacun, il est là pour combattre le stress au travail (…) Il est l’expression d’une fierté collective (…) la vitrine de la technopole et de la CASA (…) Il place l’homme et l’humain au cœur de notre projet). »

Eric Ciotti, député, président du conseil général : « (…) C’est un magnifique projet (…) nous travaillons (ndlr : le département et la casa) en parfaite harmonie ».

Jean Leonetti, ministre aux affaires européennes, président de la CASA, maire d’Antibes-Juan-les-Pins : « (…) Pour le fonctionnement du complexe, il n’y aura pas de recours à l’impôt (…) Nous avons trouvé un juste équilibre avec la délégation de service public (…) C’est un pari que nous avons gagné (…) Il s’agit là d’un équipement structurant, au même titre que les médiathèques qui fonctionnent déjà (…) L’ensemble des équipements structurants crée un réseau de solidarités au sein de la CASA (…) ».

Retour